Les banques en ligne

Bien que très conservateur, le secteur de la bancassurance n’a pas échappé à la vague du numérique qui révolutionne quotidiennement les habitudes du grand public depuis quelques années. Ainsi, tandis que se développaient encore les premiers services de banque électronique, les années 90 ont vu apparaître les pionniers d’une nouvelle catégorie de banques : les banques en ligne. Un peu plus de deux décennies plus tard, ces dernières s’imposent comme des actrices incontournables de la vie économique française. Que doit-on en retenir ?

Banque en ligne, qu’est-ce exactement ?

Les banques en ligne, à ne pas confondre avec les services de banque électronique, sont des banques qui proposent des produits et services bancaires directement sur Internet. « Pure Players » de l’activité bancaire en ligne, ces institutions virtuelles régies par les mêmes règles que les banques classiques, ne disposent cependant pas d’agence ou de guichet physique pour la réalisation de leurs différentes opérations. Bien que se démarquant quelque peu des banques classiques, ce sous-secteur reste cependant très lié aux groupes bancaires physiques. Pour illustrer, les six banques en ligne présentes sur le marché français en 2015 appartiennent toutes à de grands groupes bancaires.

Une offre de services complète

Si la première génération de banques en ligne ne proposait essentiellement que des services d’épargne et de courtage en bourse, les actuels acteurs du secteur proposent l’ensemble des services disponibles dans les banques « en dur ». Leurs clients peuvent ainsi aujourd’hui :

  • Ouvrir un compte bancaire en ligne auxquels peuvent être liés une carte bancaire et un chéquier ;
  • Effectuer des virements et des prélèvements bancaires ;
  • Ouvrir un compte d’épargne rémunéré ou l’un des différents livrets d’épargne classiques ;
  • Ouvrir un compte titre ;
  • Souscrire à un contrat d’assurance-vie ;
  • Accéder au crédit, destiné à la consommation ou à immobilier ;
  • Bénéficier de tous les services bancaires conventionnels (consultation de compte, service clientèle).

Ce qui change alors ? C’est que tout se passe directement en ligne, permettant ainsi aux clients de ces banques virtuelles, de bénéficier d’un maximum de flexibilité et d’un service à la clientèle plus personnalisé et plus étendu.

La mort des banques traditionnelles ?

En 2015, et selon les résultats menés par l’institut Audirep, environ 11% des Français (soit plus d’une personne sur 10) seraient clients d’une banque en ligne. Mieux, une part sans cesse en évolution de cette clientèle considérerait son compte en ligne comme son compte principal (42% en mars 2015). Des chiffres qui révèlent un réel engouement pour les banques en ligne, d’autant plus qu’ils devraient vite évoluer respectivement vers 70% et 69%. Mais cette progression ne devrait pas pour autant reléguer au second plan les banques classiques qui, non seulement conservent la part la plus importante du marché global, mais affirment aussi leur présence en ligne, avec la création de marques en ligne de banque.